Journal des debats online dating

Rated 4.6/5 based on 917 customer reviews

Ses écrits ultérieurs, qui sont l'occasion d'une critique de la politique étrangère des États-Unis de l'après–11-Septembre, traitent de la guerre, du deuil et des figures de la dépossession comme le prisonnier extra-juridique ou le réfugié. en philosophie à l'université Yale en 1984, et sa thèse a été plus tard éditée sous le titre « Sujets du désir : Réflexions hégéliennes au vingtième siècle en France ».

Judith Butler est intervenue publiquement sur des questions politiques contemporaines, comme celle des droits des homosexuels et, plus récemment, sur le conflit israélo-palestinien. Elle est professeur, titulaire de la chaire Maxine Elliott dans les départements de rhétorique et de littérature comparée à l'université de Californie à Berkeley. À la fin des années 1980, elle entretenait différents efforts post-structuralistes dans la théorie féministe occidentale, ayant pour but l'interrogation des « termes présuppositionnels » du féminisme.

Ses études, qui remettent en question les notions traditionnelles de sexe et genre, ont de plus alimenté de nombreux débats sur l'enseignement du genre, l'homoparentalité et la dépathologisation de la transsexualité.

Susan Bordo soutient par exemple que le corps détermine en majeure partie le genre, s'opposant alors implicitement à la vision performative de Judith Butler.Il a fait l'objet d'interprétations et de réappropriations diverses, voire contradictoires.Judith Butler a, elle-même, repris ses analyses dans Bodies that Matter (Ces Corps qui comptent), notamment pour lever certaines ambiguïtés (interprétation volontariste de sa théorie de la « performativité du genre ») et répondre aux critiques adressées à Trouble dans le genre.à Cleveland, est une philosophe américaine, professeure à l'Université Berkeley depuis 1993.Une thématique importante de sa réflexion est celle de la vulnérabilité.

Leave a Reply